L’expérience passée : une clé pour déchiffrer les visuels en facilitation graphique

Lors de notre dernière session live de la formation “Facilitation graphique, communiquer avec le visuel“, nous avons échangé sur l’expérience passée et sa manière de façonner notre perception des visuels. Notre cerveau utilise constamment les informations stockées issues de nos expériences passées pour donner du sens à ce que nous voyons. Voici comment cela s’applique spécifiquement à la facilitation graphique et des conseils pour entraîner notre expérience afin d’améliorer notre pratique.

Le principe de l'expérience passée

L’expérience passée agit comme un filtre à travers lequel nous interprétons les stimuli visuels. En facilitation graphique, cela signifie que deux personnes peuvent interpréter différemment le même schéma ou dessin en fonction de leur propre historique d’apprentissage et d‘exposition à des visuels similaires. Par exemple, un pictogramme utilisé pour représenter la “communication” pourrait être immédiatement reconnu par une personne ayant une expérience dans le domaine des médias, tandis qu’une autre, issue d’un milieu différent, pourrait le trouver ambigu.

Le principe d’expérience passée ne se limite pas à la reconnaissance de formes simples. Il englobe également notre interprétation de symboles plus complexes et notre capacité à comprendre les visuels dans un contexte donné. Par exemple, lorsqu’un pictogramme utilisé pour représenter un concept spécifique n’est pas interprété comme prévu, cela peut être dû à une divergence dans l’expérience visuelle des personnes. 

Entraîner notre expérience

Alors pouvons-nous “entraîner” notre expérience pour améliorer notre pratique de la facilitation graphique ? La réponse est oui et voici comment.

Élargir notre exposition aux visuels

S’immerger dans une variété de médias visuels peut enrichir notre “bibliothèque” d’expériences. Nous pouvons consciemment élargir notre horizon en explorant : des œuvres d’art, des diagrammes et des pictogrammes de différentes cultures et domaines. Cela enrichit notre “bibliothèque visuelle”, nous permettant de créer des visuels plus inclusifs et compréhensibles. Pendant le live de la formation, une participante nous a expliqué comme elle observe attentivement les cartes des menus des restaurant à la recherche de pictos. Une autre examine les pictos des prochains jeux olympiques.

pictos-olympiques

Source : https://www.paris2024.org/fr/pictogrammes/

Prenons un autre exemple, Marie, facilitatrice graphique, parcoure chaque matin le journal ou des magazines pour enfants. Elle prend un moment pour observer attentivement les publicités, les illustrations des histoires pour enfants, et même les emballages des produits du petit déjeuner. Elle note comment les concepts sont visualisés, quelles couleurs et formes sont employées pour transmettre différentes émotions ou messages.

Impact sur la pratique : En intégrant cette habitude dans sa routine matinale, Marie commence à repérer des motifs et des styles qu’elle n’avait jamais considérés auparavant. Par exemple, elle découvre que les illustrations de livres pour enfants utilisent souvent des couleurs vives et des formes simples pour capter l’attention et transmettre des émotions de manière efficace. Elle s’inspire de ces techniques pour rendre ses propres visuels en facilitation graphique plus impactants.

Les pictos de la brique de lait du matin 😉

Analyser nos choix visuels

Picto disponible sur www.picto-dico.fr

Après chaque projet de facilitation graphique, prenez un moment pour réfléchir aux choix visuels que vous avez faits. Quels symboles avez-vous utilisés instinctivement, pourquoi ? Comment pourraient-ils être perçus par quelqu’un d’une autre culture ou avec une expérience différente ?

Imaginons que vous ayez utilisé un pictogramme de main levée pour symboliser le vote ou la participation dans un visuel. Après réflexion, vous réalisez que, dans certains contextes culturels, une main levée peut aussi évoquer l’arrêt ou la demande de pause, pas uniquement l’engagement ou la réponse. Ce moment d’introspection vous amène à considérer l’importance de contextes visuels supplémentaires ou d’éléments explicatifs pour clarifier l’intention, comme l’ajout d’une urne ou d’un pictogramme de question, afin d’orienter clairement l’interprétation vers le vote ou la participation.

Pour approfondir cette analyse, vous pourriez créer deux versions d’un visuel impliquant le concept de “participation” et les tester auprès d’un petit groupe. L’observation de leurs réactions et la discussion sur leur perception vous fourniraient des retours précieux sur l’efficacité de vos choix visuels et sur la manière dont vous pourriez les optimiser pour une communication plus claire.

Solliciter des feedbacks variés

Picto disponible sur www.picto-dico.fr

Présenter votre travail à un public diversifié peut offrir des perspectives précieuses sur la manière dont nos visuels sont interprétés à travers différents points de vue et expériences.

Par exemple, après avoir créé une série de pictogrammes destinés à simplifier la compréhension d’un brainstorming pour une session de travail d’équipe, vous décidez de les présenter à un groupe diversifié : des collègues de différents départements, des amis issus de milieux non professionnels, et même des enfants. Chacun apporte une perspective unique, avec des interprétations inattendues de vos pictogrammes. Un collègue du département marketing pourrait voir dans un pictogramme une idée de “croissance”, alors qu’un enfant y voit un “arbre à idées”.

Appliquer des modifications suite aux feedbacks : Cet éventail de feedbacks vous incite à repenser la manière dont les pictogrammes sont conçus pour assurer qu’ils communiquent le concept de brainstorming de façon intuitive à une audience plus large. Vous décidez alors d’introduire des légendes courtes ou des couleurs spécifiques pour renforcer le message voulu.

Dans la pratique, appliquer la compréhension de l’expérience passée peut se traduire par la sélection consciente de symboles et de motifs. Lors de la conception d’un visuel destiné à un public spécifique, prendre en compte leur contexte culturel et éducatif peut guider le choix des représentations pour assurer une communication claire et sans ambiguïté. En tant que facilitatrice et facilitateur graphique, notre mission va au-delà de la simple transmission d’informations; elle touche à l’importance de rendre ces informations accessibles, significatives et résonnantes pour toutes et tous.

Nos expériences personnelles façonnent la manière dont nous interprétons et créons des visuels. Chacun de nous porte un ensemble unique d’expériences qui influence notre vue du monde, pourtant, dans ce processus, il y a des points de convergence qui nous relient.

Les exemples tirés du quotidien, comme les pictogrammes des Jeux Olympiques ou les illustrations sur les emballages de nos produits, servent de rappel que les visuels que nous croisons chaque jour portent une multitude de significations. Ces significations peuvent varier largement d’une personne à l’autre, d’où l’importance d’élargir notre propre palette visuelle par l’exploration et la réflexion !

Se former à la facilitation graphique

Facilitation graphique en ligne

(227 avis)
5/5

💻 Prochaines sessions en ligne :

  • 27 mai 2024
  • 4 novembre 2024

ou dès maintenant avec la formule SOLO

Facilitation graphique en présentiel

(296 avis)
5/5

Prochaine(s) session(s) :

🗼 PARIS (11ème arr. à 10 min. à pied de la gare de Lyon)

  • 18 et 19 novembre 2024
🦁 LYON (2ème arr. à l'Espace Gailleton)
  • 17 et 18 juin 2024

Abonnez-vous

Pour recevoir nos articles une fois par mois, inscrivez-vous à notre newsletter.

Prochaine session
le 27 mai 2024

ou dès maintenant en SOLO

Plus d'articles

Panier
Retour en haut