Quel matériel sonore choisir pour un atelier de travail collectif ?

Dans cet article, je souhaite vous partager une facette essentielle de la gestion d’ateliers d’intelligence collective : le choix du matériel sonore. Au fil de mes expériences, j’ai constaté que le bon signal sonore peut nettement transformer la dynamique d’un groupe.

Savoir capturer l’attention pendant un atelier sans heurter est un art en soi. C’est pourquoi j’ai décidé de vous présenter une gamme d’instruments sonores, des plus traditionnels aux plus modernes, qui m’ont aidé à animer ces moments de collaboration.

Que vous soyez débutant.e dans le monde de la facilitation ou que vous cherchiez à enrichir votre boîte à outils, cet article est fait pour vous. Voyons comment des signaux sonores bien choisis peuvent non seulement simplifier la gestion de vos sessions mais aussi les rendre plus fluides et agréables pour tous.tes les participant.e.s.

Utiliser un signal sonore, quel intérêt ?

  • Assurer les enchaînements : Imaginez un atelier où chaque transition se déroule sans accroc, où chaque phase commence et se termine en douceur. C’est exactement ce que permettent des transitions fluides et bien signalées. Pour moi, un bon signal sonore, c’est comme un chef d’orchestre qui dirige ses musicien.ne.s, et s’assure que tout se passe en harmonie
  • Améliorer l’ambiance : Un son qui plaît peut vraiment transformer l’atmosphère d’un atelier. Que ce soit le tintement délicat d’une cloche ou le doux chuchotement d’un bâton de pluie, choisir le bon son rend l’expérience plus agréable
  • Rendre le groupe plus réceptif : Il n’y a rien de tel que le calme qui suit le son d’un signal clair et agréable pour capturer l’attention de tout le monde. Cela permet à chacun.e de se recentrer rapidement
Le sifflet train - Crédit photo : Aude Lemaitre photographe

Comme choisir son matériel sonore ?

1. Un son qui n’est pas agressif

Le son choisi doit être clair et audible sans être irritant. Il est essentiel que le son capte l’attention sans causer de désagrément. Par exemple, le son du sifflet de train, bien qu’il soit traditionnel est idéal quelle que soit la taille de l’espace.

2. Facile à transporter

L’outil sonore doit être facile à transporter. Comme beaucoup d’entre nous, je me déplace souvent avec mon matériel de facilitation. J’aime les cymbales tibétaines et les clochettes en bronze pour leur son, mais elles peuvent être un peu trop lourdes lors des déplacements fréquents. Il faut arriver à trouver le bon équilibre entre efficacité sonore et facilité de transport.

3. Facile à identifier

Un bon outil sonore est facilement reconnaissable. Par exemple un bâton de pluie ou une sonnerie de téléphone dans un groupe en pleine ébullition (et donc bruyant) sera moins entendu contrairement à une cloche, au volume plus puissant mais très efficace.

Mes favoris

Le sifflet train et le appeau sont mes préférés

Un petit extrait sonore ?

Je sens que vous mourrez d’envie de tester ces instruments, alors pour le plus grand plaisir de vos oreilles, testez-les maintenant : attention au volume si vous portez des écouteurs !

Comment reconnaître quand l’outil sonore est adapté ?

  • Le son utilisé est clairement audible pour tous les participant.es sans être trop envahissant ni dérangeant
  • Les participant.es réagissent rapidement et positivement aux signaux sonores

Exemples et applications pratiques

Clochette - Crédit Aude Lemaitre Photographe

Au fil de mes ateliers, j’ai eu l’occasion d’expérimenter une variété d’instruments sonores, chacun ayant sa propre particularité.

Sifflets

J’ai une petite préférence pour le sifflet de train. Cet outil simple me permet de jouer avec différents codes sonores pour communiquer de manière spécifique avec le groupe. En soufflant brièvement, je peux indiquer une pause rapide ; un coup long et soutenu signifie généralement que c’est le moment de conclure une activité. C’est un bon moyen de maintenir tout le monde sur la même longueur d’onde sans prononcer un mot.

Cymbales tibétaines

Exemple de cymbales tibétaines

Il y a quelque chose de magique avec le son cristallin et apaisant des cymbales tibétaines. Je les trouve particulièrement utiles dans les environnements nécessitant une concentration élevée. Mais je dois admettre que leur volume n’est pas toujours suffisant pour couper à travers le brouhaha d’un grand groupe bruyant.

Cloche en laiton

Je la réserve pour les grands groupes, conférences et autres séminaires. La cloche rappelle l’école/le collège/le lycée. Le signal est puissant et assez directif et sans ambiguïté. J’aime me promener en agitant la cloche pour rassembler les personnes dans le lieu commun qui doit accueillir la séquence suivante (auditorium, grand espace, etc.)

Solutions modernes et accessibles

Les alarmes de smartphone se révèlent être une solution pratique. Ce que j’apprécie le plus, c’est la possibilité pour chaque facilitateur.trice de personnaliser le signal sonore en fonction de ses préférences musicales et de celles de son groupe. Simple, efficace et toujours à portée de main.

Systèmes visuels et sonores combinés

Combiner des éléments visuels et sonores, comme l’intégration d’un timer visuel avec un carillon ou une alarme douce, peut vraiment structurer un atelier. Ce genre de dispositif offre des repères temporels clairs qui aident les personnes à se préparer mentalement à la fin de l’exercice ou à exercer une pression (si l’atelier s’y prête bien entendu).

Les autres systèmes à essayer

Bâton de pluie, kalimba, maracas, ocarina, sont des objets que j’ai vu utiliser par mes confrères et consœurs et que je projette d’essayer un jour même si ma préférence reste attachée au sifflet train que Thiagi m’avait offert. Un souvenir qui a marqué mon parcours de facilitateur. 

Quel que soit le matériel choisi, testez-les, jouez avec eux et découvrez quels instruments résonnent le mieux avec votre style de facilitation et répondent aux besoins spécifiques de vos groupes.

En intégrant ces outils de manière réfléchie, vous améliorerez le confort et l’engagement de votre groupe. Après tout, un.e bon.ne facilitateur.trice est celui ou celle qui orchestre l’expérience, non seulement pour atteindre les objectifs de l’atelier, mais aussi pour rendre le processus aussi agréable et harmonieux que possible.

Cet article peut vous intéresser

Se former à l'intelligence collective

Animation de réunions en présentiel ou hybrides, création d’ateliers, LEGO® SERIOUS PLAY®… Découvrez toutes nos formations à l’intelligence collective

Panier
Retour en haut