(Ré)Inventer son Agilité, retour sur ma keynote à Agile Tour Bordeaux

Quelques mots sur le contexte

En août dernier, j’ai été contacté par Alain Delachaux pour intervenir en tant que keynote sur l’Agile Tour Bordeaux 2022. Il s’agissait de ma première keynote en présentiel puisque la toute première s’est déroulée à distance à l’occasion d’Agile Grenoble 2020.

Ce genre d’opportunité suscite toujours chez moi un sentiment ambivalent puisque d’un côté je suis fier et honoré d’avoir été contacté et en même temps, j’éprouve une certaine peur face à l’enjeu. Partagé entre bonheur et crainte de trouver le sujet qui suscitera de l’intérêt, j’ai donc choisi d’aborder le thème (Ré)Inventer son Agilité. Je vous explique pourquoi dans cet article mais avant, si vous souhaitez voir le replay c’est par ici.

Le replay

Mon intention en choisissant ce thème

Le monde de l’Agilité est assez “déstabilisé” depuis plusieurs années. D’un côté l’Agilité s’est bien développée au sein des organisations, elle s’est même massifiée et en même temps, on assiste à beaucoup de débats d’experts repositionnant ce qu’est véritablement l’Agilité pour eux.

Dans mes interventions en entreprise, même si j’interviens auprès de beaucoup plus d’équipes maintenant qui sont sensibles à la question de l’Agilité, bien souvent j’en reviens toujours à expliquer ce que c’est pour redonner un peu de sens aux pratiques.

Je m’aperçois aussi qu’il y a de plus en plus de personnes qui ne sont pas dans l’informatique ou des personnes issues du management qui s’interrogent et aimeraient comprendre concrètement ce qu’est l’Agilité.

Cette conférence s’adresse à :

  • Celles et ceux qui connaissent déjà l’Agilité, elle est comme un rappel que finalement nous n’avons jamais réellement fait le tour de la question
  • mais aussi et surtout aux personnes qui ont besoin de comprendre et qui n’en ont pas encore fait l’expérience du moins au sens où on l’expérimente jusqu’à présent dans l’informatique 

La conférence en bref

Dans une première partie, j’interpelle le public “Comment va votre Agilité ?” avec l’intention de transmettre ensuite suffisamment de matière pour faire une sorte de rétrospective de leurs pratiques. Je repositionne donc ce qu’est l’Agilité, avec quoi ça rime aujourd’hui et j’explique que plusieurs Agilités cohabitent, que tout le monde n’a pas le même niveau d’envie de fonctionner en Agilité.

J’aborde ensuite ce que j’appelle de manière familière, les combinaisons “pourries”, c’est-à-dire les environnements dans lesquels l’Agilité fonctionne moins bien. Avec cette ambivalence entre une volonté d’aller très vite pour être justement soi-disant agile et en même temps la nécessité de prendre le temps pour arriver à un résultat. Il me semble que le point essentiel dans cette notion d’Agilité, l’ego occupe une place importante : cela nous ramène à nous et comment est-ce qu’on vit le travail en équipe.

Cela me permet d’aborder les questions de la résolution de problèmes et du dialogue. Comment est-ce qu’on réintègre le dialogue et l’importance d’avoir un “maître agile” dédié à ce sujet. Réintégrer le dialogue, c’est facile, c’est une grande injonction, mais comment est-ce qu’on le ritualise et comment est-ce que cette Agilité va se retrouver a minima au quotidien ?

À quoi je fais référence ici lorsque je parle d'”Agilité minimum” ? Dans un dispositif agile, on retrouve les éléments suivants :

  • Le tri des tâches
  • La visualisation
  • L’amélioration

Tout cela sans jamais perdre de vue les utilisateurs finaux pour éviter que cette Agilité ne soit pas juste une Agilité internalisée.

Comment j'ai vécu le jour J

La conférence s’est très bien passée malgré un démarrage chaotique au début. Comme j’interviens en parler-dessiner avec ma caméra, la régie a eu des difficultés à se connecter mais les organisateurs ont été super. Ça fait toujours un petit stress, ça oblige à meubler et Alain a été formidable parce qu’il a su improviser.

Et puis j’interviens sur des sujets assez sérieux, pour lesquels j’aime et j’essaie d’introduire de l’humour et le public a répondu présent. Ça fait un peu grincer des dents, mais j’essaie de rester bienveillant, mon objectif n’est pas de heurter ou de culpabiliser les gens, mais de parler d’histoires réelles dans lesquelles le public peut se retrouver. Ça peut faire rire, interroger ou inquiéter, mais en tout cas, ça fait réagir.

Finalement s’il y avait une chose à retenir, c’est qu’on est loin d’avoir fait le tour de l’Agilité et c’est ça qui est assez formidable, l’apprentissage de cet état d’esprit doit rester itératif, incrémental.

En tout cas, je remercie Agile Tour Bordeaux de m’avoir invité, ça a été un vrai bonheur d’intervenir et ça m’a incité à mener cette réflexion en profondeur. 

Panier
Retour en haut